Espaces naturels et balades

Plage et berges du Tarn

La cité rabastinoise s’est construite sur la rive gauche du Tarn. Elle est donc intimement liée et reliée à cette rivière longue de 375km qui prend naissance dans le Massif Central au Mont Lozère. 
 

Le Tarn, à Rabastens, garde encore malgré un long parcours sa transparence mais aussi ses colères. Les visiteurs l’apprécient surtout à la belle saison car ils aiment particulièrement se retrouver en famille sur la plage qui depuis 2013 a été aménagée et autorisée à la baignade pour les mois de juillet et d’août.

Le Tarn - RabastensIl est intéressant de noter que c’est une des rares plages naturelles du département qui permet la baignade des petits et grands, dans un espace naturel et verdoyant. Elle obtient un vif succès auprès de nos concitoyens qui viennent de loin, de Saint-Sulpice et même de Toulouse, pour trouver fraîcheur, détente et piqueniques conviviaux jusqu’aux portes de la nuit. Les services municipaux font tout leur possible, après les crues d’hiver, pour la rendre agréable et accueillante. Nos agents évacuent embâcles et arbres dangereux, nivellent les graviers, installent panneaux de baignade et autres poubelles, transforment les gros troncs apportés par les crues en bancs ou tables de piquenique pour que chacun, dès le 1er juillet, puisse bénéficier de toute la détente possible et des joies d’une baignade en toute sécurité.

Remparts - RabastensL’accès se fait, si vous êtes en voiture,  par la Promenade de Constance, route qui descend vers la rivière en passant au pied des remparts,  à la sortie du parking Auger Gaillard sur lequel nous vous conseillons de vous garer. Si vous vous promenez dans la cité, vous pouvez accéder à la plage à pied, par le grand escalier qui débute au fond du Fossé Moulinal et qui passe par une ancienne porte de la ville sous le rempart.

picnic RabastensLes berges, en aval de la plage, vous permettent une petite promenade en famille sur le sentier entretenu régulièrement par nos services. Ce sentier, large et champêtre, relie la ruine de l’ancien moulin au ruisseau de la Mouline au bord duquel vous trouverez deux tables de piquenique qui vous permettront de vous reposer, vous restaurer ou tout simplement rêver à l’ombre de vieux peupliers et acacias tout en regardant la rivière couler ses heures ensoleillées.

Les pêcheurs ne seront pas en reste, ils auront pour eux les mêmes sites mais à d’autres heures ou à d’autres saisons pour taquiner ablettes et gardons nombreux dans ce secteur, les spécialistes de la carpe trouveront aussi leur bonheur de même que les pêcheurs de carnassiers apprécieront sandres, brochets ou silures qui peuplent ce secteur. 
 

Rabastens - Pêche - Tarn

 

Lac des Auzerals

Lac des Auzerals - RabastensSur les hauteurs de Rabastens, en direction de Grazac. Lac de 3,5 ha entouré d'une piste pour la promenade.

Plusieurs tables sont à votre disposition pour pique-niquer à l'ombre des arbres. Le lac se trouve sur l'itinéraire de plusieurs randonnées.
Parking à l'entrée du site qui abrite aussi la piscine et le camping de Rabastens, ouverts en juillet et août.

Le sentier qui longe la totalité du lac est apprécié des promeneurs et des joggeurs qui le fréquentent toute l'année. Le lac étant très riche en poissons blancs et carnassiers il attire de nombreux pêcheurs qui doivent être en possession de la carte de pêche.

A noter un Ponton de pêche et une table de piquenique accessible aux personnes à mobilité réduite.
 

Ouvert toute l'année
de 7h à 22h.
• Aire de pique-nique
• Etang de pêche
• Parking
• Langues parlées : Français
• Accès libre.

Plus de balades à Rabastens :

Rabastens et alentours
 

Visiter Rabastens

 



Promenade au château de Mézens et à la chapelle Notre-Dame de Grâce  (8 km) 

A six kilomètres au sud-ouest de Rabastens, un château fut reconstruit, après la destruction par les milices de Toulouse, vers 1204, du fort de Mézens.

Massive construction médiévale au murs de trois mètres d’épaisseur à la base, il forme un quadrilatère de 50 m sur 40 m environ, cantonné de tours carrées aux angles, d’un tour au milieu de la façade sud-est et d’un donjon, haut de 25 m, couronnée de créneaux et de mâchicoulis, au milieu de la façade est. Des fossés, aujourd’hui comblés, entouraient l’ensemble ; un pont-levis, à l’ouest, subsista jusqu’en 1747. Une petite pièce conserve des peintures du XVe siècle particulièrement intéressantes.

A deux kilomètres, une petite chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce, attestée à cet emplacement depuis 1384 et plusieurs fois restaurée, évoque le souvenir de saint Vincent de Paul qui, séjournant à Buzet, choisit ce modeste sanctuaire pour célébrer sa première messe en septembre 1600. 

 



Promenade à l’église romane de St-Waast  (7 km) 

Dans la commune de Couffouleux, sur les bords de l’Agout, la petite église romane de Saint-Waast date du XIIe siècle. Elle est construite en gros blocs réguliers de pierre meulière ; son plan, très simple, comprend une nef et une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four.

En avant de l’abside, quatre massifs contreforts supportaient un clocher aujourd’hui disparu. Elle est un bel exemple de chapelle romane rurale. 

 



Promenade à Giroussens  (8 km) 

En bordure de la forêt, établi sur une falaise dominant l’Agout et découvrant un superbe panorama, le village évoque le plan des bastides albigeoises. Son église conserve de beaux retables en bois sculpté du XVIIe siècle. A la même époque fut édifié un château carré cantonné de quatre tours aux angles.

Du XVIe au XVIIIe siècle Giroussens fut célèbre pour ses poteries vernissées qui garnissaient les tables seigneuriales comme celles des maisons plus modestes de toute la région.

A proximité de Giroussens, n’hésitez pas à visiter le parc floral des Martels, un paradis de plus de 2500 variété de platanes, en empruntant à Saint-Lieux-les-Lavaur le chemin de touristique à vapeur à voie étroite vers 1900. 

 



Promenades à Lisle-sur-Tarn et Saint-Sulpice 

Au départ de Rabastens, vous pourrez visiter la bastide de Lisle-sur-Tarn fondée vers 1230, dont le plan très caractéristique a la régularité d’un échiquier. Le charme de cette cité tient à sa grande place « à couverts », l’une des plus vastes du Sud-Ouest.

Les rues se croisent à angle droit et sont bordées de maisons en colombages ou en briques harmonieusement ordonnancées. Ça et là des pountets, petites ponts couverts et fermés, enjambent les rues. Son musée conserve les œuvres du dessinateur Raymond Lafage (1656-1684).

Situé au confluent du Tarn et de l’Agout, Saint-Sulpice est un important nœud de communications. Du Moyen-Age, elle garde les ruines du Castela, château reconstruit au XIIIe siècle par Sicard d’Alaman, principal conseiller des comtes de Toulouse. Celui-ci octroie à la bastide de Saint-Sulpice une charte pour régler les us et coutumes en 1247. La cité prend alors un rapide essor.

Dans la mottre du Castela se developpe un vaste souterrain de plus de 170 mètres de longueur.