bandeau_7.jpg

Accueil / Ma Mairie / Tribunes libres

TRIBUNES LIBRES

Tribunes des groupes politiques de votre conseil municipal

La Majorité municipale

 

Tribune - Mai 2022

Depuis presque deux ans, tout ce que nous avons entrepris a été vilipendé, parfois avec une véhémence si excessive qu’elle en était insignifiante. Faut-il rappeler ce que dit Boileau : « La critique est aisée, l’art est plus difficile ». À ceux qui prétendent aujourd’hui que nous perdrions du temps, nous répondons que visiblement, ils ne savent pas comment on gère des projets municipaux. Ils nous reprochent de passer par des études de faisabilité et de coût. Mais comment faire autrement ? Ces études sont nécessaires pour obtenir des subventions, et ensuite lancer des appels d’offre, et enfin solliciter des entreprises susceptibles de répondre à nos appels d’offre. Ainsi, pour la réfection du bâtiment municipal dédié au secours populaire, nous avons eu du mal à trouver un architecte, et aujourd’hui, aucune entreprise n’a encore répondu pour le gros oeuvre ! Les « Yaka-Fokon » ont beau se déchaîner, feraient-ils mieux à notre place ? Or notre ville, comme chacun a pu le constater, se retrouve dans un état tel qu’il devrait conduire nos opposants à assumer enfin leurs responsabilités, en se dévouant à nos côtés afin que notre ville ait de meilleures infrastructures. Souhaitons que la guerre aux portes de l’Europe aide chacune et chacun à recouvrer le sens commun : fi des guéguerres rabastinoises ! Avançons désormais de conserve pour un mieux-vivre à Rabastens !

Tribune - Décembre 2021

Seuls, ceux qui n’ont pas eu de grand projet en leur temps, ou se seraient contentés de gérer le courant, peuvent nous reprocher de lancer des études de faisabilité : celles-ci sont indispensables afin de prévoir un budget, d’aller chercher des subventions, et in fine de décider en toute sécurité ce qu’il faut faire. Nous avons des projets pour notre ville, mais nous ne perdons pas de vue que notre budget est contraint. Ces indispensables études nous ont coûté 80 000 euros ; elles portent sur le plan de circulation qu’il faut repenser avec méthode, le projet de passerelle avec Couffouleux, la nécessaire modernisation des installations de rugby, la rénovation de la piscine et un diagnostic pour conserver notre étiquette « musée de France ». L’état dans lequel nous avons trouvé le musée est révélateur : outre l’absence d’un plan scientifique pourtant obligatoire, ce musée est sans chauffage, avec une électricité et une toiture défaillantes. Autre toiture à refaire : celle de Notre-Dame des Blancs. Et puis, nous venons d’apprendre que l’inscription de Notre-Dame du Bourg à l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle n’avait pas été correctement réalisée en son temps : à nous de rédiger le dossier exigé par l’UNESCO ! Nous exhumons aussi le dossier de la maison effondrée rue des Abreuvoirs depuis…. 15 ans ! Nos prédécesseurs nous ont laissé du pain sur la planche.

Tribune - Octobre 2021

La plupart de nos infrastructures sont à refaire ou à restaurer. Nous aurions pu recourir à une vieille rengaine et ainsi diminuer considérablement notre charge de travail. Aux bénévoles du secours populaire logés dans des bâtiments délabrés, nous aurions dit : « nous sommes endettés ». Aux vendeurs du marché qui font face depuis trop d’années à une électricité défaillante, aux rugbymen mécontents des conditions dans lesquelles ils accueillent les autres clubs, à ceux qui veulent sauver l’ancien presbytère pour y loger des pèlerins, aux parents d’élèves attendant la réfection de l’école Las Peyras ou une cantine en production, à ceux dont les enfants n’apprennent pas à nager dans une piscine municipale à réparer, à ceux qui s’étonnent que notre « musée de France » reste en l’état, à ceux qui s’énervent contre le plan de circulation, à ceux qui ont des nids de poule dans leurs rues… à tous, nous aurions pu répondre « nous sommes endettés ». Mais nous nous sommes donnés pour mission de restaurer Rabastens, sans augmenter les impôts communaux ni alourdir notre dette. Cette tâche est difficile et prendra du temps, nous tiendrons nos engagements : nous avons été élus pour ce nouveau départ que vous êtes majoritaires à soutenir.

 

Tribune - Juillet 2021

À Rabastens, les conseils municipaux durent jusqu’à cinq heures : les oppositions ont en effet perdu tout sens de la mesure, s’adressant au maire et à la majorité avec une outrecuidance qui confine à l’incivilité. Dans cette course à l’échalote, certaines caracolent en tête. L’une prétend que l’équipe majoritaire ne gère pas la commune comme une entreprise et ne prend pas en compte les risques, l’autre au contraire affirme que le maire gère sa mairie comme une startup. Or, en s’unissant pour faire courrier commun, en complotant ensemble pour mieux harceler le maire, chacune de ces oppositions brouille son propre message et perd de nombreux sympathisants, désorientés par cette agressivité malsaine. Et puis, les perles des unes étant portées en sautoir par les autres, tous ces opposants éperdus finissent déshonorés par cette foire à l’empoigne que sont devenus les conseils municipaux, une foire à l’empoigne que les Rabastinois réprouvent en masse. Ces oppositions, dont la négativité est vaine, devraient relire « Le coche et la mouche » de Jean de La Fontaine. Pendant que la majorité prodigue ses efforts pour tirer le coche « au haut » de la montée, la mouche s’agite et vrombit : ces oppositions retrouveraient leur dignité si elles aidaient, au moins parfois, à la manœuvre.

 

Tribune - Mars 2021

Deux oppositions ne cherchent qu'a démolir, Rien ne leur convient jamais et quoi que nous fassions, ils entravent, ils critiquent, ils méprisent. Dans le déni de leur défaite, ces perdants parlent au maire de haut et ils lui font constamment la leçon, quitte à se prendre les pieds dans le tapis, par exemple sur la question du surendettement. Notre maire a réalisé une opération prudente, mais clairement profitable à notre ville. Ces deux oppositions lui ont pourtant reproché de ne pas attaquer, bille en tête, la banque Dexia. Mme Campredon a dégainé Saint-Leu la Forêt, un modèle à suivre : hélas ! Elle en était restée à la victoire de cette ville en première instance, ignorant les procès perdus en appel et en cassation, et une situation financière aggravée. Venu à sa rescousse, M. Brest a dit avoir été « à deux doigts de gagner ›› contre Dexia, oubliant la facture de l'avocat (environ 90 0000 €) que M. Verdier a refusé de payer, prenant ä son tour un avocat pour un procès aujourd'hui en appel : pour finir nous devrons payer 1 Quand ils ne répandent pas leur mauvaise foi et leur rancœur sur les réseaux sociaux, certains vont jusqu'à appeler la Préfecture ou l’agglomération, dans l'obsession de nous nuire... A l'exception de M. Guénot, ces deux oppositions qui ne font que de l'obstruction ont perdu tout sens de l'intérêt général.

 

Tribune - Décembre 2020

Pendant la campagne municipale, notre inexpérience politique nous a fait passer pour des « bleus ». Pourtant, depuis, nous avons constaté que les donneurs de leçons n’étaient pas forcément les plus qualifiés. Passons sur le dossier introuvable de Notre-Dame-du-Bourg qui a entraîné une faute déontologique de l’opposition (nom d’un agent territorial ayant été cité dans La Dépêche). En remettant en ordre de marche la mairie, nous avons aussi découvert des manquements aux règles des marchés publics : la restauration du toit de l’église de Vertus (48 970 €) s’est faite sans mise en concurrence, ce qui a engendré un refus de paiement de la part du trésor public. Le projet du city stade (64 204 €) a avorté pour les mêmes raisons. Depuis 2016, les subventions accordées pour l’achat d’œuvres au musée de Rabastens n’ont jamais été réclamées (somme de 20 710 € en souffrance). Nous avons aussi constaté une dépense de plus de 20 000 € sur 3 ans pour la mise en place deux sites internet pour la mairie et pour Notre-Dame-du-Bourg. De l’avis de tous les spécialistes, pareille somme était très au-dessus des prix pratiqués. Or ces sites étaient faits de telle sorte qu’ils ne pouvaient être mis à jour par les agents de la mairie. L’action municipale ne peut être menée sans commencer par une remise en ordre. Celle-ci nous permettra d’aller plus loin.

 

Tribune - Septembre 2020

Après notre victoire, certains se sont montrés mauvais perdants, alors que deux listes, celles d’Alain Brest et de Sandrine Madesclair, ont décidé d’être constructifs, ce qui nous a permis, en retour, de montrer notre volonté d’ouverture. Comme nous nous y étions engagés, toute notre équipe est dans une dynamique : les indemnités réparties entre tous les adjoints et délégués témoignent de la volonté du maire de « jouer collectif » en étant partageur (894 € brut pour le maire sur les 2139 € possibles). Mauvaise surprise : la communauté d’agglomération en charge des écoles nous réclame environ 300.000 € versés sur le budget de Rabastens par les assureurs pour réparer les malfaçons de Las Peyras : est-ce cette somme qui était destinée (promesse de l’équipe Engagés pour Rabastens) à mettre à double sens de circulation l’avenue de la Croix- Blanche qui conduit à cette école ? En outre, le dossier sur Notre-Dame du Bourg nous a été livré incomplet, ce qui ne nous empêchera pas d’en poursuivre la restauration. Quoi qu’il en soit, le renouveau est lancé : le cahier de doléances sur le marché du samedi remporte un franc succès. Le samedi est aussi le jour des mariages, désormais « personnalisés » par un discours réalisé après un entretien avec les futurs époux. Le message ainsi envoyé est clair : nous sommes à votre service !

Engagés pour Rabastens

 

Tribune - Mai 2022

Chères Rabastinoises, chers Rabastinois, pendant les deux années qui n’ont épargné personne, nous avons été les spectateurs de la lente installation de la majorité municipale. Alors que pour l’année 2022 nous allons devoir faire face aux pénuries et l’inflation nous ne pourrons que regretter les 22 mois de retard qui se sont écoulés. Pendant ce temps, nous avons déploré les querelles stériles, et le recours systématique aux cabinets conseils qui nous facturent leur temps. Ce constat est attesté par les comptes 2021 qui nous permettent de calculer le taux de réalisation des projets : 23% des investissements prévus. Le covid ne peut justifier ce résultat. Il suffit pour cela de sortir de notre commune pour voir par exemple des chantiers d’équipements publics et de voirie réalisés. Aujourd’hui, l’heure internationale est grave, et l’heure nationale pourrait l’être. Eu égard aux moments historiques qui nous secouent, nous proposons d’élever les débats réduits à de vaines agitations, et appelons solennellement à la paix et à l’apaisement des esprits. Le temps des divisions et des fausses accusations est révolu. Nous proposons, dans la mesure de nos moyens et de nos intentions sincères, d’accompagner et d’apporter des mesures de soutien Vous pouvez retrouver toutes nos coordonnées et informations sur notre site www.pourrabastens.fr

Tribune - Décembre 2021

Chères rabastinoises, chers rabastinois, si vous nous lisez, c’est que vous souhaitez vous informer sur la vie du conseil municipal. Dans notre précédente tribune, nous avons publiquement rappelé au Maire que nous pouvions apporter notre contribution constructive à la majorité (www.pourrabastens.fr ; Tribunes). Depuis, toujours pas de réponse. Pareillement, nous n’avons jamais eu de réponse à nos maintes demandes d’information au sujet de contrats d’études lancées par le Maire avec un budget de 160000€. Le Maire ne devrait-il pas être à l’aise avec la transparence sur la dépense publique ? Lorsque nous demandons au Maire s’il a un problème avec la transparence, celui-ci va jusqu’à nous avouer en conseil municipal filmé : « Peut-être, ...peut-être ». Qu’y a-t-il à cacher ? L’opacité est dangereuse parce qu’elle pourrait soulever trop d’interrogations : manque de compétences ? autoritarisme ? Elle inquiète surtout quant aux conséquences dont les contribuables auront à s’acquitter pour faire face aux choix faits par un groupe majoritaire, sans concertation. La simple lecture de cette page avec six tribunes, pour une commune de 6000 habitants, ne devrait-elle pas inciter le Maire à plus d’humilité, plus de transparence et plus de partage ? Chères rabastinoises, chers rabastinois, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année.

Tribune - Octobre 2021

Notre groupe tient tout d’abord vous souhaiter une très bonne rentrée 2021 malgré le contexte du covid que nous continuons à subir depuis un an et demi. Notre tribune va revenir sur un problème récurrent : la mauvaise distribution du journal municipal que de nombreux foyers n’ont jamais reçu. Alors que nous avons été isolés depuis mars 2020, ceci accentue le sentiment d’éloignement. des tribunes de la majorité et des phrases chocs de Mme Madesclair comme « le Rabastinois, aimez-le ou quittez-le ». Par ailleurs, lorsque vous nous rencontrez ou écrivez, une question revient systématiquement : « mais que fait la Mairie depuis un an ? ». Ce à quoi, nous vous répondons : « Les nouveaux pots de fleurs en ville sont beaux, le camping doit être vendu à la rentrée, la taxe foncière doit augmenter dès cette année, et la majorité continue à se diviser ». Diriger, c’est choisir, et là où les chantiers fleurissent sur des communes voisines, à Rabastens, il est urgent d’attendre, et de lancer des études (160000€ prévus en 2021). Nous réitérons ici notre main tendue au Maire : « nous avons des compétences et nous sommes prêts à vous aider pour le bien de notre commune ». Nous restons à votre écoute, toujours fidèles à notre engagement de campagne pour une commune « solidaire et apaisée ».

Tribune - Juillet 2021

Dans la dernière tribune, nous faisions part de notre investissement dans vie municipale et communautaire pour défendre vos intérêts, respectivement au mandat que vous nous avez confié, et à la confiance que vous continuez, chaque jour plus nombreux, à nous exprimer. Depuis, nous avons porté votre voix pour la défense du camping municipal, contre la hausse des impôts fonciers. Et ce en vain, face à l’opposition de principe de la majorité qui, de plus, nous accuse de nous opposer à tout alors que sur les 10 délibérations du dernier conseil, nous avons voté contre 2 seulement. Ceux d’entre vous qui ont suivi les conseils municipaux (à voir sur notre site www.pourrabastens.fr), nous ont fait part de leur constat : « nous sommes dans une situation ubuesque où les compétences sont dans les oppositions, et les blocages dans la majorité ». Cette majorité, dont le maire et le premier adjoint n’ont jamais eu d’expérience sur un mandat antérieur, s’inscrit dans l’opposition systématique à tout argument ou intention positive et constructive. Le manque de compétences et d’humilité conduit cette gouvernance fragile à prendre des décisions qui peuvent mener à des conséquences graves. Nous continuons à œuvrer sereinement pour la prise de décisions pour l’intérêt général, mais c’est aussi à vous, Citoyens, de demeurer vigilants et solidaires.

Tribune - Mars 2021

Depuis huit mois nous les cinq élus de notre groupe voulions faire, avec vous, le point sur l'exercice non indemnisé du mandat que vous nous avez confié. Nous sommes le seul groupe ä n'avoir manqué aucune commission, atelier et conseil, pour assurer votre représentativité à la Mairie et à la Communauté d'Agglomération Gaillac-Graulhet. Nous avons également suivi l'ensemble des formations proposées par l'Association des Maires de France pour nous permettre de travailler de manière qualifiée et constructive. En parallèle nous veillons à vous apporter une information vraie sur notre page Facebook «Engagés pour Rabastens››, que vous êtes de plus en plus nombreux à suivre, et nous ne manquons pas une occasion pour échanger en direct avec vous. Nous avons pour seul souci la défense de vos intérêts, et si les tumultes de la majorité nous désolent, ceux-ci ne nous concernent pas, ainsi que nous l'avons indiqué lors du conseil du 23 janvier. La représentativité élective ne se limite pas à faire acte de présence, elle exige surtout de travailler. Aussi aimerions-nous être plus souvent associés par la majorité. Enfin la démocratie participative suppose avant tout une démocratie représentative qui s'exprime. Elle n'est pas une « tautologie ›› comme nous l'a étonnamment affirmé le premier adjoint lors du conseil du 13 février dernier.

Tribune - Décembre 2020

Si l’année 2020 a été marquée par une très longue élection municipale, depuis 6 mois il ne se passe plus rien. La circulation, promis, serait la priorité de toutes les priorités ; après 2 réunions publiques fin juillet, pendant les vacances, la question semble enterrée. Idem pour le développement économique : il fallait voter en toute hâte la création d’une commission qui ne s’est jamais réunie. Aujourd’hui, en pleine crise, nos commerces se trouvent bien seuls. Pour les platanes, on allait voir ce qu’on allait voir, les nouveaux élus devaient trouver des alternatives à un abattage qui a pourtant bien eu lieu. Ne pas tenir compte des recherches des élus précédents par dogmatisme pourrait avoir des conséquences : repousser l’abattage prévu plus tôt fait prendre le risque que d’autres arbres sains soient contaminés, et soient donc abattus dans le futur. Mais houlala, décrire cette réalité c’est être « mauvais perdants » (sic). Cette affirmation qui tourne en boucle vient du groupe de Nicolas Géraud, lequel a toujours dit qu’en cas de défaite électorale, il n’aurait pas assumé ses responsabilités dans l’opposition. Bref... Nous tenions à vous souhaiter de bonnes fêtes, qu’elles vous permettent des moments de respiration qui manquent tant en cette période. Prenez soin de vous, et vivement la fin de cette année 2020 !

Tribune - Septembre 2020

Après une élection marquée par l’abstention, le conseil municipal a été renouvelé par les seuls 2 484 électeurs qui ont participé à ce scrutin. Nous tenons à remercier les 809 citoyens qui nous ont portés dans les urnes et à vous donner les principales informations de ce début de mandat : › Mme MADESCLAIR élue par 161 électeurs est devenue déléguée à la jeunesse avec 194,47€/mois, au même rang que les élus de la majorité, alors que notre groupe ne s’est jamais vu proposer la moindre responsabilité. Cette intégration révèle les alliances non déclarées de l’entre-deux tours. Cette fusion conduit la nouvelle équipe à compter 21 adjoints et conseillers indemnisés. Cela participe entre autres, à l’augmentation pour notre collectivité du coût des indemnités des élus par rapport au mandat précédent. La petite baisse des indemnités du Maire ne suffit pas à couvrir les autres augmentations. › Le groupe conduit par M. BREST s’est positionné dès le premier conseil municipal comme un groupe minoritaire de la majorité. Nous sommes donc le seul groupe d’opposition qui veillera toujours à vous défendre et vous expliquer les conséquences des choix de la majorité. L’information est indispensable au bon fonctionnement démocratique, aussi, nous travaillons à la retransmission vidéo des conseils municipaux afin que vous puissiez suivre les débats.

Les Rabastinois au cœur

 

Tribune - Mai 2022

Nous continuons d’être force de proposition envers une majorité qui campe sur ses certitudes : malgré quelques rares avancées, elle a des progrès à faire pour prendre réellement en compte les besoins de ses administrés. La désimperméabilisation d’un parking dont le coût pour la municipalité est conséquent est-elle une priorité alors que nous demandons depuis plus d’un an de consacrer 200 000 euros par an à la réfection des voiries les plus dégradées ? Une machine disponible à l’AGGLO pourrait répondre en partie à ces travaux. Le Maire s’est engagé au conseil du 24 mars à inscrire cet investissement au budget. Affaire à suivre. Pour la double facture d’assainissement, on bricole sous la pression des habitants un planning d’étalement du paiement. Convenons que ce dossier est le résultat d’une improvisation totale, voire d’une gestion à la petite semaine. A notre demande, le Maire s’est engagé à être attentif pour apporter une aide aux plus démunis dans le cadre de la Commission CCAS. Quant aux grands projets (plan de circulation, passerelle...), la majorité accouche d’une souris. Nous espérons qu’elle passe à la vitesse supérieure pour une réelle mise en œuvre. Enfin, malgré un engagement formel pris par le Maire en 2020, il n’y a toujours pas de véritable démocratie participative ni de budget participatif. Oubli ou renoncement ?

Tribune - Décembre 2021

Certains dossiers avancent, mais il reste beaucoup d’efforts à accomplir : - refus de transparence de la part du Maire pour les études de toutes sortes qu’il n’a de cesse de solliciter - absence de visibilité sur des investissements indispensables - incapacité à tenir à jour l’application mobile, notamment en terme de grands projets - implication insuffisante dans le fonctionnement de l’agglomération liée au manque de connaissance de l’articulation des compétences communes/communauté d’agglomération - passivité eu égard aux décisions de l’agglomération prises par quelques-uns. Par ailleurs, après l’épisode de la taxe foncière douloureuse en cette fin d’année, l’Agglo impose la facturation de deux ans de redevance d’assainissement en janvier 2022 sans que nos élus ne réagissent. Nous avons suggéré à monsieur le Maire d’abandonner la redevance de 2020 en lui proposant des solutions pour agir. En tiendra-t-il compte ? Que fera-t-il au final ? Le plan de circulation dont la première phase vient de nous être présentée avance à un train de sénateur. A quand le concret pour les Rabastinois ? Au seuil de la nouvelle année, les « Rabastinois au cœur » vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2022. Nous continuerons, comme nous l’avons toujours fait, à être vigilants et force de proposition dans l’intérêt de la commune et de ses habitants.

Tribune - Octobre 2021

Monsieur Géraud ne cesse de critiquer son opposition mais il ne remet jamais en cause son mode de fonctionnement, et c’est sur ce point que le bât blesse. Après une année aux responsabilités, beaucoup de gesticulations et d’effets d’annonces mais peu d’actions concrètes et utiles aux Rabastinois. Nous verrons dans les mois à venir car les habitants s’interrogent, voire s’inquiètent. Il faudrait qu’il y ait débat au sein du conseil municipal. Quand on pose des questions, il n’y a pas de réponses, sans compter les comptes rendus dans lesquels sont tronquées certaines de nos interventions. Or, les commissions devraient être le lieu d’examen des propositions tant de la majorité que de l’opposition. Mais nos demandes ne sont pas entendues, les projets importants n’y sont pas abordés et sont renvoyés aux calendes grecques. Nous aurions préféré pour cette année voir s’engager des actions répondant aux besoins immédiats des Rabastinois : plan de circulation, accès handicapés, parking vélo, entretien des voiries, réorganisation de la collecte des déchets et des recyclables, sans oublier une présence forte à l’agglomération… Pour l’instant, rien de tout cela. Mais les consultants travaillent… Vers un nouveau, nouveau, nouveau départ ? Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Tribune - Juillet 2021

Fiscalité : mise au point. Après l’épisode de la destitution de la première adjointe, puis celui de la vente du camping municipal (malgré l’engagement contraire dans le programme de monsieur Géraud), voici aujourd’hui celui de la fiscalité locale, qui résulte du choix fait par monsieur Géraud au niveau de la commune. Dans un souci de transparence vis-à-vis de nos concitoyens, sans employer ni invective ni propos acerbes, nous avons simplement mis à disposition de chaque foyer un outil de calcul de l’impôt foncier 2021 (www.facebook.com/groups/lesrabastinoisaucoeur). Seule la réalité des décisions prises et des conséquences financières induites compte, n’en déplaise à monsieur Géraud : il doit assumer ses choix sans utiliser des arguties visant à se dédouaner. À l’automne, les Rabastinois recevront leur avis de taxe foncière 2021 et seront alors à même d’en découvrir l’augmentation réelle. Sollicitant cabinets d’experts et bureaux d’études avec des coûts non négligeables, (où sont donc les fameuses compétences mises en avant lors de la campagne municipale ?), le Maire ne s’adapte pas à l’exercice de la démocratie et n’accepte pas le débat, les suggestions ou les remarques de l’opposition. Pour notre part, nous continuerons à être une force de propositions, nous continuerons à informer nos concitoyens et à rester à leur contact.

Tribune - Mars 2021

Après la victoire de la liste « Nouveau départ pour Rabastens », il nous était promis un début de mandat fort avec une équipe dont la cohésion ne faisait aucun doute, avec un projet qui se voulait complet et minutieusement élaboré. Force est de constater qu'après neuf mois de fonctionnement la réalité est d'une toute autre nature, et les couacs ou incohérences restent fréquents : une éviction soudaine de la première adjointe, une pléthore de délégations réparties entre tous les conseillers de la majorité (et même avec une candidate d'une autre liste)... Gérer un conseil municipal, c’est tenir compte des différences, c'est être à l'écoute de tous, c'est ne pas blesser inutilement les intervenants et surtout ne pas s'affirmer comme le chef avec une prose parfois martiale et sur un ton souvent péremptoire. C'est aussi associer réellement les conseillers au travail des commissions, et non pas leur présenter les résultats quand les décisions ont déjà été prises, c'est ne pas stigmatiser les uns contre les autres mais agir pour une plus grande cohésion. C’est enfin maîtriser la fiscalité à l'heure où notre pays traverse une crise sanitaire, avec de profondes conséquences sociales et économiques. Tout était prévu, on nous promettait un nouveau départ, des lendemains qui chantent et le soleil d'Austerlitz. Mais n'est pas Napoléon qui veut.

 

Tribune - Décembre 2020

La précédente équipe (2014-2020) avait laissé la poussière sous le tapis : dette à l’agglomération de l’indemnité d’assurance suite aux malfaçons de l’école Las Peyras, mutualisation particulière du personnel, ce qui représente de l’ordre de 300 000 € (que la commune devra reverser à l’agglomération). Alors que notre équipe aurait été opérationnelle immédiatement, l’équipe en place semble en apprentissage et a choisi de désigner 22 conseillers rémunérés (coût de 100 000 € par an). Si certains sont impliqués dans leur mission, d’autres sont étrangement absents ; on ne sait pas toujours qui fait quoi, et des décisions se font attendre, notamment par la mise en place trop lente des commissions. Gageons que cette période de rodage se termine rapidement, dans l’intérêt de la commune et de ses habitants. De notre côté, nous nous inscrivons dans une minorité constructive, avec une forte implication dans les différentes commissions, conformément au programme que nous avons proposé. Nous le répétons, nous serons force de propositions dans un esprit constructif mais également vigilant. A l’aube de cette nouvelle année, nous adressons nos meilleurs voeux de bonheur aux Rabastinoises et aux Rabastinois : puisse 2021 permettre à chacun de vivre dans la sérénité, la confiance et l’espérance en des temps meilleurs. Alain Brest, Patrick Guénot

Tribune - Septembre 2020

A bien des égards, les élections municipales de 2020 furent particulières : contexte lié au coronavirus, présence de quatre listes et taux d’abstention élevé et inhabituel pour ce type d’élection. Néanmoins, l’exercice démocratique a eu lieu, chacun doit en prendre acte et le respecter. Nous adressons nos félicitations républicaines à la nouvelle équipe issue de cette consultation et formons des voeux de réussite pour Rabastens et ses habitants. Nous remercions sincèrement les électeurs qui ont choisi de nous apporter leurs suffrages : au sein du conseil municipal, nous serons force de propositions dans un esprit constructif mais également vigilant. Lors du premier conseil, force a été de constater que le changement, c’est pour plus tard : › délégations données au Maire identiques à celles de son prédécesseur, avec un pouvoir trop important accordé sans avis préalable du conseil › indemnités pour l’ensemble des élus de la majorité (21) plus madame Madesclair (?) pour un montant annuel de 101 280 €, ce qui est proche de l’enveloppe maximale prévue par les textes et de plus supérieure à celle de la précédente mandature. Nous avions proposé une baisse de 20 % de cette enveloppe, qui permettait le financement d’un budget participatif annuel de 20 000 €. Dommage ! Pour l’équipe des « Rabastinois au coeur », Marie-Luce Albarède, Alain Brest.

Couleurs Rabastinoises

 

Tribune - Mai 2022

Au vu de l’actualité, les sujets brûlants ne manquent malheureusement pas : le Covid, l’Ukraine, les présidentielles, le pouvoir d’achat… Nous aurions pu commencer par ces quelques mots de compassion anti-démagogique et vous expliquer que les mois à venir vont être extrêmement compliqués. Nous avons fait le choix d’orienter notre tribune sur des points positifs, et laisser aux autres le soin de faire de la politique électoraliste ou de comptoir. Nous préférons l’adage du verre à moitié plein, et ainsi savoir rendre hommage aux dernières initiatives réalisées dans notre cité. La jeunesse est, et sera toujours notre préoccupation Nous avons à l’étude un très beau projet émanant directement du Conseil municipal jeune et supervisé par un groupe d’élus passionnés. Nous avons oublié depuis plusieurs années que nous avions une jeunesse rabastinoise et qu’elle n’est pas une problématique, mais bien là une richesse. Ils sont l’avenir, les fondations de notre futur, pour ceux qui ont, comme couleurs rabastinoise, une vision à long terme. Nous souhaitions également revenir sur la journée internationale des droits des femmes et remercier toutes celles qui y ont participé. Et je rappellerai pour conclure, en écho à un post déplacé récupéré au hasard d’une conversation, que « Les femmes sont faites pour être aimées, pas pour être comprises ».

Tribune - Décembre 2021

Les nombreux instrumentalisations et détournements d’images, de paroles, dans le seul but de ridiculiser les membres de la majorité dénichés sur le réseau social favori des Égarés, dénotent un réel manque de confiance et d’arguments. Attention à ne pas devenir un correspondant en manque d’objectivité. L’audit du plan de circulation vient d’être dévoilé ; il peut être l’occasion de réfléchir sereinement et ensemble sur la possibilité de créer des zones partagées, accessibles à tous en toute sécurité, et pourquoi pas de chercher à les végétaliser de façon cohérente et uniforme. Concernant la 5G, nous sommes nombreux à ne pas en vouloir à notre porte, mais incapables de nous en passer. Qui ne possède un téléphone, un ordinateur et qui serait prêt à s’en débarrasser ? Nous sommes certes présents au conseil d’administration de la maison de retraite, mais subissons par ricochet les décisions de l’état qui favorise la rentabilité au détriment de l’être humain. Le CMJ vient de prendre son envol, je serai certes leur guide, mais comme indiqué lors du dernier Conseil municipal, je ne manquerai pas d’inviter les membres de la minorité désireux de les écouter. La controverse n’est qu’un point de vue différent. Charge à certains d’abandonner cette tendance à partager souvent le point de vue de la théorie du complot.

 

Tribune - Octobre 2021

Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à bon nombre de personnes qui se sentent extrêmement puissantes et investies derrière leurs écrans, tels des super-héros. Ils ont des avis sur tout mais surtout des avis, pouvant juger et détruire en quelques mots, la vie des autres. Pour reprendre néanmoins un des thèmes récupérés récemment. Les accusations que j’ai pu lire sont contre-productives parce qu’elles portent atteintes à des hommes qui demeurent de véritables alliés du féminisme. Nous sommes en droit de nous demander si ces dites féministes ne seraient pas tout simplement en train d’instrumentaliser un sujet sensible à des fins électorales. Des propos outranciers avec des arguments bancals. Les féministes, seraient-elles devenues «anti-hommes» ? N’oublions pas que « la femme castratrice est à la psychologie ce que le voile est au Coran ». Dans les deux cas, l’homme est victimisé. Attention toutefois que toutes ces accusations, ne finissent pas par engendrer à terme, des votes et comportements extrêmes. À compter de ce jour, et afin d’éviter de perdre mon temps à pointer ces dérives, je propose à chaque Rabastinois(e) souhaitant prendre la parole, de venir à ma rencontre, et ainsi, avoir l’opportunité de pouvoir s’exprimer, sur de véritables sujets constructifs, afin de publier en lieu et place de ma tribune.

Tribune - Juillet 2021

Ces trois derniers mois écoulés semblent être plus que jamais les prémices de jours meilleurs avec un virus qui tend à ralentir sa marche tous les jours un peu plus, nous permettant ainsi de nous retrouver sur des terrasses restées si longtemps vides. Ces trois derniers mois ont été aussi les témoins d’un premier geste fort de la municipalité auprès du monde agricole, si durement touché par les dernières intempéries. Des rendez-vous des plus constructifs auprès des écoles nous ont permis de finaliser le conseil jeune, pour une mise en place lors de la rentrée prochaine. Mais ces trois derniers mois n’ont pas, si l’on en juge par la teneur des derniers conseils municipaux et autres commissions, encore permises de valider que « la femme est l’avenir de l’homme ». Par vos comportements respectifs, vous ternissez l’image de celle-ci et desservez celles qui comme moi, croient en cette politique basée sur l’intérêt commun et aux actions concrètes à mener auprès des Rabastinois. Je suis une femme à l’image de l’île qui m’a vu naître et qui a pris le soin de bâtir avec la plus grande attention le socle de mon enfance. Une île à l’incroyable diversité culturelle, prônant à la fois la tolérance, l’acception de la culture et religion d’autrui. Et ni vos menaces ni vos tentatives d’intimidation ne me feront changer. Soyez-en sûres.

Tribune - Mars 2021

Impliquée sur l'ensemble des commissions, associée à des réunions projets afin d'être force de proposition et garder toujours en tête le bien commun : telle est ma mission. Le conseil jeune prend forme et sera opérationnel en septembre prochain. Il impliquera les jeunes dans des projets éducatifs, citoyens pour forger leur citoyenneté de demain. Travailler en étroite collaboration au côté du CCAS me permet d'être au plus près des citoyens et d'en mesurer toute la dimension sociale sur notre territoire. S'il fallait résumer la politique d'opposition Rabastinoise en une seule phrase : « Dis quelquefois la vérité, afin que l'on te croie quand tu mentiras ». Je comprends enfin la raison de toute cette énergie dépensée par les listes menées par SC et AB à vouloir censurer ou galvauder les vérités qui les dérangent. Soyez rassurés, CR ne s'inscrira jamais dans cette méthode ô combien stérile. Je resterai un soutien à l'équipe municipale afin de l'aider à mettre en place son projet, de veiller à ce qu'elle respecte ses engagements, et de poursuivre ce que toutes les équipes clamaient haut et fort avant ce fameux 28 juin « Solidarité, Bienveillance et Ambition pour notre cité ». Cette crise que nous subissons de plein fouet devrait nous faire réfléchir sur nos comportements individuels et leurs conséquences. Le Rabastinois, aimez-le ou quittez-le.

 

Tribune - Décembre 2020

2020, restera une année bien particulière pour chacun et chacune d’entre nous. Ces fêtes de fin d’année seront placées dans un contexte historique et sanitaire exceptionnel qui placeront chacun d’entre nous dans une situation inédite. Une année marquée par des élections municipales, laissant elles aussi une empreinte particulière par son nombre, ses têtes, mais aussi ses excès. Une chose est sûre, grâce à vous, je suis une femme meilleure, et je reste convaincue que pour changer les choses, il faut que des gens ordinaires s’engagent et s’impliquent. Tout n’est pas parfait, mais nous faisons de notre mieux pour améliorer le quotidien de chacun, comme le fait par exemple de veiller sur nos aînés amenés à s’isoler de nouveau dans le cadre de ce nouveau confinement. La démocratie n’est pas facile à entretenir, la qualité de la passation des dossiers en est malheureusement une preuve, mais soyez rassurés : je continuerai de respecter au mieux nos Couleurs. N’oubliez pas que notre démocratie est menacée lorsque nous oublions nos valeurs morales, et qu’il incombe à chacun d’entre nous d’être le gardien jaloux de notre cité. Comme indiqué voici quelques mois, mais aussi pour rassurer mes opposants, il s’agit bien de l’intégralité de mes émoluments qui sera reversée au monde associatif ainsi qu’aux petits commerces, durant mon mandat.

Tribune - Septembre 2020

« Le succès n’est pas final. L’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte. » W. Churchill. Couleurs Rabastinoises sort de cette longue, éprouvante et si particulière campagne grandie, car bien souvent chahutée mais toujours debout. Plus forte que jamais car c’est aussi dans la défaite que l’on se doit d’apprendre. Si tant est que nous puissions parler de défaite. Ce groupe aujourd’hui considéré comme sincère n’a jamais cessé le combat. Même aux heures les plus sombres liées au confinement, nos actions menées n’ont certes pas fait la une des journaux, mais n’est ce pas la le fondement même du mot altruisme ? Le 29 juin a sonné le début d’une nouvelle saison avec son lot de départ, désireux pour la plupart de donner une nouvelle orientation plus personnelle à leur carrière, mais aussi et surtout marquée par l’arrivée de nouvelles et nombreuses âmes souhaitant amener toute leur énergie et leur passion à notre cause commune. Le fait de s’être vu proposer une délégation par la nouvelle municipalité est aussi un signe fort de reconnaissance. Au conseil municipal, je défendrai avec constance et assiduité les valeurs que vous avez soutenues par votre vote. Nous nous devons de réussir pour remercier toutes celles et ceux qui ont cru en nous mais aussi dans le but de préparer les prochaines échéances à venir. S. Madesclair

Elues indépendantes

(I. Cadène & A. De Guerdavid)

 

Tribune - Mai 2022

Après la Covid, la guerre en Europe, nous faisons tous le bilan d’un quotidien ébranlé aux relations plus agressives même à Rabastens où il fait si bon vivre. Par le passé, des événements difficiles au sein du Conseil expliquent la tension verbale qui s’y est installée. Aujourd’hui, nous avons le devoir en tant qu’élus de mettre fin à cette spirale d’hostilité de part et d’autre qui infuse insidieusement dans la cité. S’il y a une leçon à tirer de notre actualité européenne c’est qu’il nous faut toujours, sans relâche, maintenir le dialogue quelles que soient les responsabilités passées. À notre niveau, nous œuvrons pour un échange constructif, respectueux de notre statut d’Elues Indépendantes. I. CADENE met en place à l’Agglo, une assistance juridique pour les entreprises et A. de GUERDAVID est très active en commissions. Lors du dernier Conseil Municipal, nous avons pris acte de l’engagement de la majorité à tenir compte des éventuelles difficultés financières à venir pour les rabastinois les plus démunis. Nous y serons attentives comme sur la remise en état de nos routes et le devenir de l’EHPAD. Nous avons apprécié la tenue sereine des débats. Dans ce contexte inédit, les rabastinois restent solidaires et donnent l’exemple. Pourtant, on répète toujours : « À Rabastens, c’est compliqué politiquement ! » Et si cela changeait ?

Tribune - Décembre 2021  (A. de Guerdavid)

Chers rabastinois, le 27/08 j’ai démissionné de la délégation aux associations culturelles en raison d’une mise à l’écart due à mon amitié avec l’ex-1re adjointe, évincée dans des conditions honteuses mais aussi de l’attitude misogyne de certains élus de la majorité. Ayant sollicitée beaucoup d’entre vous lors des élections, j’ai choisi de siéger comme conseillère indépendante avec I. CADENE. J’exprime ainsi ma déception pour une majorité où je ne me reconnais plus, qui ne m’a pas défendue lors d’attaques publiques, mis à part 3 élus que je remercie. J’ai voté comme on me le demandait sur des sujets que je ne soutenais pas, pour ne pas étaler la dissension que certains entretiennent au détriment des intérêts de la ville alors même que l’information des élus était absente. Au dernier Conseil Municipal, le Maire a indiqué que mon départ dans l’opposition relevait « d’un intérêt particulier » alors que je souhaitais informer les rabastinois. Est-ce personnel ? Un élu a-t-il droit d’avoir accès à des informations autrement que par les journaux soumis à des pressions et par Facebook ? En cette fin d’année, je vous adresse tous mes vœux et je demande à mes ex-colistiers de la majorité plus de transparence, plus de communication, plus d’humanité, et surtout plus de respect pour les femmes élues, en particulier celles de l’opposition.

 

Tribune - Décembre 2021 (I. Cadène)

J’écris au soir du Conseil Municipal du 23/11 au vu duquel on peut s’interroger sur la volonté d’écoute de la majorité. Le Maire souhaitant des propositions constructives et positives, je l’ai pris au mot. Comme il proposait une nouvelle méthode de recouvrement automatisé des impayés communaux qui me semblait en tant qu’ancienne Huissier de justice beaucoup trop systématique et impersonnelle alors que la précarité augmente, il a répondu : « efficacité du Trésor Public ». Un élu est-il là pour faciliter l’action du Trésor Public en matière de blocage de compte bancaire lors d’impayés ? Pour moi : non ! Relayant l’inquiétude sur l’EHPAD par une question écrite, il m’a été répondu que j’étais hors délai. Je justifiais du récépissé, il avouait que « c’était compliqué » et qu’il répondrait plus tard. Où est l’échange ? Est-ce rassurant pour l’avenir ? Nous avons donc besoin de vous, de votre soutien pour défendre notre cadre de vie contre un urbanisme galopant, pour soutenir nos aînés etc. Des réunions seront organisées par la mairie, venez-y ! Vous voulez que le pluralisme d’opinions vive, que Rabastens garde son âme, mobilisez-vous ! Nous serons là à vos côtés ! Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année, qu’elles nous permettent de renouer avec les valeurs de notre région : la tolérance, la convivialité, la solidarité et l’échange.

 

Tribune - Octobre 2021 (I. Cadène)

C’est pas moi, c’est l’opposition ! C’est toujours avec amusement que je découvre les communications de Mr le Maire car ayant été au cœur du « système Géraud », je suis rodée à sa dialectique électoraliste ! Depuis 14 mois, le ou la « conseil » en communication du maire de Rabastens a érigé cette maxime de « bac à sable » en mode de communication municipale si ce n’est en devise de mandat ! Et si cela changeait ? Il faut lui reconnaître qu’il sait occuper le champ médiatique. En effet, avant de partir en congés, il a multiplié depuis son confortable bureau climatisé sur les Lices, les assauts contre sa TERRIBLE - grrr!!- opposition (pas moins de 4 articles dans la Dépêche). Opposition en grande partie féminine qu’il qualifie avec élégance de « mouches du coche » ! Faut-il utiliser un fusil à répétition face à de si petits insectes ? On s’interroge ! On s’interroge d’ailleurs aussi sur le fait, que 3 femmes depuis 9 mois aient quitté, bon gré mal gré, la majorité ! Y aurait-il un problème interne ? Si la forme du discours est au point, le fond est aussi pauvre que le résultat de cette première année ! Le problème est bien là : qu’a-t-il été fait de concret, depuis janvier, à part éreinter celles qui ont été ses plus fidèles soutiens ? En attendant comme dirait Anne de Guerdavid, dernière sortie de la majorité: « Que deviennent les rabastinois ?».

Tribune - Juillet 2021 (I. Cadène)

Être conseillère municipale à Rabastens est une expérience singulière. Encore plus quand vous votez en votre âme et conscience, et non selon la volonté du Maire. À ce titre, vous n’avez guère d’information mais vous jouissez du privilège de vous voir présenter, en commissions, des projets ficelés plus ou moins bien, avec de belles présentations, en avant-première du Conseil. Difficile de travailler le sujet car les documents sont remis après, dans le meilleur des cas ! Vous découvrez la tête du nouveau policier dans le journal et l’application-mairie pour téléphone sur FB ! Quand vous demandez par écrit des informations, on ne vous répond pas ou si on vous écrit c’est par recommandé ! Si vous travaillez les dossiers avant les Conseils et que vous ayez l’outrecuidance de poser des questions, on vous dit que vous êtes « tatillonne » ou que « vous cherchez un poil sur un œuf ! ». Pire, si vous rappelez que les décisions vont à l’encontre du programme électoral (ex : vente du camping et hausse de la taxe foncière) et qu’en conséquent, vous voterez contre ! En même temps, on se plaint de-ci de-là de votre attitude qui bloque les projets. Je suis encore à me demander comment, car les chiffres sont là : 29 conseillers dont 21 de la majorité. Tout compte fait, il est plus facile de rester dans la majorité car en plus vous êtes indemnisé !

Tribune - Mars 2021 (I. Cadène)

Chers Rabastinoises et Rabastinois. En m'engageant il y a plus de deux ans auprès d'un ami lors des municipales, j'ai naïvement cru que le travail, la fidélité et l'engagement suffiraient. Les deux derniers mois m'ont prouvé que je m'étais trompée. Mais comme vous l'avez vécu vous-même, les épreuves nous permettent d'avancer. C’est donc une nouvelle page qui s'ouvre à moi. Mais ma volonté de vous servir n'en est pas moindre. Ayant œuvré à l'élaboration du programme de la majorité et à son élection, je reste attentive à son exécution, en toute liberté et indépendance, sans être inféodée à une obligation de vote. Cette liberté retrouvée, je la mets à votre service au sein du conseil municipal mais aussi à la communauté d'agglomération avec toute l'énergie que j'ai déployée dans mes anciennes fonctions de 1ère adjointe, toujours dans un esprit constructif et dans votre intérêt. D'importantes décisions vont être prises d’ici juin et le conseil municipal ne doit pas être la chambre d'enregistrement, les commissions de simples réunions de présentation. De vrais débats sont à mener et en tant qu'élue communautaire je veillerai à y être associée ! Il y aura un monde d'après et c'est maintenant tous ensemble, majorité et opposition, en concertation qu'il nous faut le préparer!